samedi 23 août 2008

Tonio, Corto, et en route pour la joie


Tonio, et sa grosse fatigue


En route pour la joie

Tonio en Colombie, c'est fini.
Voila une bien triste nouvelle.
Il nous manquera, l'animal.
Après l'abandon et le silence assourdissant, depuis Cuba, de La Tortue, c'est un nouveau vide
pour le lecteur avide,
de palper,
un peu,
la croupe,
de la
(Lo)Colombia
d'hier et d'aujourd'hui.

Tonio n'a sans doute pas trouvé Corto là bas.
Et c'est tant mieux.
Car, ce qui compte dans le fonds, peut-être, ce n'est pas tant la prise, que la chasse;
pas tant la proie, pas tant le butin,
que la quête, que le chemin.

Comme le suggérait Alain, le socialiste cassoulet du 31, la vie privée est toujours triste, si chacun attend le bonheur comme quelque chose qui lui est dû.

Tonio n'est pas de cette trempe là.
Tel le hit du faux jeune Manu Chao, el lleva en el alma un motor, que nunca deja de rolar...
Parcours atypique, refus des dogmes, curiosité, faim d'agir, ne pas subir.
Ce mec a tout de même vendu ses propres cartes postales dans l'indifférence polie des capitales latinoaméricaines, pour finir fricotant avec les milieux universitaires interlopes de Colombie.
Agir, ne pas subir.

Et en route pour la joie!
Levanto mi vasito, para este man!

Du coup, malheur à toi, lecteur: bouchées doubles sur la Colombie désormais...Histoire d'essayer; histoire d'avoir au moins tenté d'intéresser deux-trois chalands, à coups de pirouettes poussives mais généreuses...

Bonne route l'ami!

2 commentaires:

Michèle a dit…

Cette "désaffection" laisse un petit arrière goût de matin d'automne frileux, embrumé, mais bon! la roue tourne et comme tu l'écris "en route pour la joie" !

tonio a dit…

... ce qui compte dans le fonds, peut-être, ce n'est pas tant la prise, que la chasse;
pas tant la proie, pas tant le butin,
que la quête, que le chemin...

c'est beau ça... le reste aussi d'ailleurs, merci Miss, presque tu me fait pleurer, mais faut pas pousser mémé, c'est qu'un blog, et par principe c'est éphémère même si ça reste dans l'infinité de la toile...

à bientôt j'espère, pour partager une aguila ou un petit ron... le temps de refaire le monde non pas à l'écrit