vendredi 11 janvier 2008

Le gros con du jour, the asshole of the day: Oliver Stone


Tirofijo Marulanda, vu par Botero

Une interview sur le Guardian (et d'autres stupidités débitées ailleurs) d'Oliver Stone. Qui, heureusement, nous a épargné de sa présence encombrante et de ses grosses caméras, aujourd'hui, pour la tant attendue libération de Clara Rojas et Consuelo Perdomo.

Notre gros con du jour a en tout cas perdu une bonne occasion de la fermer.

Les gringos ont un mot à la con pour cet extrait: self explanatory...

I do think that by the standards of Western civilisation they go too far; they kidnap innocent people. On the other hand, they're fighting a desperate battle against highly financed, American-supported forces who have been terrorising the countryside for years and kill most of the people. Farc is fighting back as best it can and grabbing hostages is the fashion in which they can finance themselves and try to achieve their goals, which are difficult. They're a peasant army; I see them as a Zapata-like army. I think they are heroic to fight for what they believe in and die for it, as was Castro in the hills of Cuba.'


Zapata like, t'en foutrai moi.

Zapata like...

2 commentaires:

Francis a dit…

Devait être stoned l'Oliver...

Plus sérieusement, je me demande s'il croit vraiment à ce qu'il dit ou s'il n'a fait que payer un tribut (comme on dit chez lui) aux FARC pour s'attirer leurs bonnes grâces et leur faire ouvrir les portes de leurs forêts, afin de pouvoir y tourner le "moment fort" de son film sur l'AL.

Maxime a dit…

Oliver stone est tellement cool qu'il peut venir tourner à Pau.