samedi 12 janvier 2008

Otages de Colombie: ignobles réactions

Toujours enragé...Et c'est pas prêt de passer...








Enfants rois des FARC.
L'ancien ministre de l'éducation bolivarien a déclaré que les FARC traitaient bien les enfants, la preuve avec Emmanuel "en l'éloignant des combats"...Voilà le niveau de réflexion et d'aveuglement de nos amis Chavistes...


J'ai regardé sur Internet Clara Rojas lors de sa conférence de presse.

Certains journalistes officiels bolivariens (VTV; Ultimas Noticias) ont tout fait pour lui faire dire du mal d'Uribe, du bien de Chavez, que les FARC ont tenu parole et ne sont pas terroristes etc. D'autres chaînes privées ont pas pu s'empêcher de graveuleusement demander des détails sur la relation avec le père et cet enfant "conçu" avec la guerilla etc.

Souvent le type d'"alternatives" à la con auxquelles on vous soumet dans ce pays:
Chavez déifié, glorifié, démiurgique OU la vulgarité, obscène de sous entendus, des télés privées DE DROITE.

Heureusement, il y avait la presse internationale.

Elle a su, avec courage, lucidité et une formidable dignité, s'en sortir, sans trop en dire, par égards pour la suite et pour sa propre sécurité, en rappelant que les FARC commettent des crimes contre l'humanité. Soit des crimes qui touchent à la dignité humaine, donc tous les hommes: ils n'ont donc aucune prescription, et seront un jour jugés selon la CPI-traité de Rome, à la Haye.

Et bien certaines leur reprochent cette position; et leur coquetterie (elle se sont changés et maquillées dans l'hélicoptère, la belle affaire...les gens ne connaissent pas la beauté et la coquetterie des latinas ou quoi? ni le besoin de dignité et de féminité qu'on peut ressentir, même en ce moment, surtout, en ce moment: non, tout est manip de Chavez pour eux...on les "soupçonne" donc); les adieux-bisous aux guerrilleras qui les ont accompagné pour les libérer les 20 derniers jours; bref tout ce qu'il faut interpréter comme leur courage, inouï, leur capacité de résilience exceptionnelle, tout cela devient suspect pour beaucoup de gens.
Depuis leur petit salon bourgeois à bibelots, on y va, on tapote sur son clavier, on balance des âneries...
Regardez donc les forums de El Tiempo, du Nouvel Obs, de Libé, de partout.
Regardez CNN qui ne parle que de syndrôme de Stockholm depuis 3 jours, les bastardos.
Partout, des lecteurs lambda qui expriment leur "malaise", elle réagissent pas comme ils voudraient qu'elles réagissent, conforme à leur idée qu'on se fait de phénomènes qui nous échappent complètement.

Ignoble.
Ignobles questionnements.
Ignobles spéculations de pisse-froid qui ne sortent jamais du registre de leur étouffant manichéisme.

Ignoble et inécessaire position du Venezuela pro FARC, le même jour ou ces deux femmes décrivent, à demi-mots, leur calvaire et celui des autres détenus, qui déperissent dans cette barbarie tropicale.
Ignoble standing ovation de cette Assemblée nationale du Venezuela aux ordres.

Pour Ingrid Betancourt, on comprend qu'elle a depuis 2004 un traitement particulièrement difficile, enchaînée comme les hommes. Et qu'elle est psychiquement au plus mal. Terrible confirmation.

L'ambassadeur à Bogota, JM Marlaud (celui là même en poste au Rwanda en 1994, le pauvre...) a rappelé hier une évidence: le statut de "terroriste" pour les FARC a été attribué à l'unanimité par l'Union Européenne, et serait révoqué à l'unanimité à partir du moment ou les FARC abandonnent toutes leurs atrocités et méthodes irrégulières de combat, qui correspondent aux définitions du terrorisme. Point.

Le statut n'est pas une liste dictée un matin par le Department of States Hugo. Tout ne se passe pas comme à Miraflores...
Chavez, de plus en plus isolé internationalement: il avait l'occasion en or de se refaire la fraise. Patatras, il tombe le masque. Après l'Iran et la Biélorussie accueillies régulièrement à bras ouverts, les abrazos à Ivan Marquez, du Secrétariat FARC, sur le perron présidentiel, un criminel de guerre et un criminel contre l'humanité, Chavez défend avec passion la "lutte" des FARC.

Mais quel "stratège" mes aïeux...

Ignoble Uribe: les deux femmes confirment qu'il y a eu des bombardements les 30 et 31décembre dans le Guaviare, zone où elles étaient en attente de libération. Fieffé menteur, hijo de la chingada. Il n'a aucun intérêt à avoir ces deux témoins sur l'échiquier politique ANESTHESIE d'un pays à qui il vend du rêve et de la sécurité, en prodigieux batteleur de foire.

Le jour ou les colombiens et les venezueliens auront des dirigeants et des médias à la hauteur de leur courage, de leur vitalité et de leur formidable capacité de résistance, tout ira déja beaucoup mieux.

Un beau chantier. Loca pero Gran Colombia...

10 commentaires:

jpeg a dit…

Merci pour ces trés bon posts sur les otages. J'espère que bcp de gens ne sont pas dupes du traitement grossier des médias. Je trouve que la beaute de femme de consuelo et clara rojas a la sortie de l'helicoptere, tout comme la lettre d'ingrid, sont des manifestations de tout ce qui est beau et digne dans l'etre humain. Mais, les gazettes n'ont ni le talent ni le lectorat pour le souligner, alors ils ergottent en passant à côté de l'histoire. Cela ne finit pas de me désepérer aussi.
Je me risque à une question: puisque la guerilla est perdue et les FARC sont face au néant, la seule mediation ne consiste t'elle pas à ménager l'égo de tout le monde, y compris les FARC, et donc de lacher du lest sur les mots qui fachent (comme terroriste). Je sais, ça fait un peu Quai d'Orsay comme méthode... Quelles sont d'après toi les sorties possibles,? en évitant la méthode d'éradication à la fujimori, qui n'est plus à la mode.

phiconvers a dit…

Patxi, tes sources sur les prétendus bombardements auxquels font références les deux otages libérées ?

Tu n'imagines bien sûr pas une seconde que ces "témoignages" puissent être dictés par un Chavez qui ne s'est pas remis de son échec de l'año nuevo ?

Patxi a dit…

j'en sais foutre rien.
ce que je sais: il ne s'agit pas d'une question de sémantique: cela a des conséquences juridiques et politiques immédiates. gel des avoirs, accès aux armes, procès judiciaires après lâcher les armes donc impunité à long terme etc etc.
beaucoup d'actions des Farc sont terroristes.
il n'ont fait aucun geste humanitaire ni suspendu leurs actions terroristes.point.
leur geste d hier est politique pour nremettre chavez dans le coup.
ce que je sais, c'est que justement, oui, il faut un processus de négociations politiques avec ces groupes qui utilisent des méthodes terroristes, mais qui ne sont pas que terroristes.
comme le hamas ou le hezbollah.
et déboucher sur un dialogue, chose inexistante depuis 2002.meme pas une réunion, rien.
contrairement au ton assez "décliniste" sur les FARC paru dans le monde et beaucoup d'analystes, les FARC ne sont pas en déclin véritable militairement.bien affaiblis, mais pas9000 comme le dit cambio. elles sont en repli stratégique, elles ont eu des coups bas militaires et des défections, mais elles continuent le recrutement "volontaire" et sont toujorus en position d attaquer et controler 85 pour cebt du territoire. les gens a bogota voient que les routes et les villes, et oublient la souffrance des ruraux.
de la bouffe, une arme, de l'auto estime, c est énorme pour les familles paysannes de ses régions rurales de colombie et attirer des mineurs.donc elles sont toujours avc 17 000 personnes, dont 40 pour cent de femmes.
sont pas près de céder militairement.
il faut lacher du lest, mais pas sur certaines questions de fond: les démocraties peuvent pas otut céder. sinon, graves violences ultérieures.et la il y avait une porte entrouverte, pour une negociation diplomatique habile.
la sortie militaire est un leurre, les colombiens ont besoin d y croire.
on en recause.

Patxi a dit…

phiconvers, relis les déclarations de Consuelo ET de Clara. elles sont partout. sauf en colombie j imagine. la prochaine sortie de mauvaise fois je t efface.

phiconvers a dit…

Trêve de menaces, vilain suppôt des méthodes paraco !

Sans déc, j'ai entendu Chavez tenter de justifier par ces prétendus bombardements les 30 et 31 décembre 2007 l'échec de son barnum, j'ai entendu Clara Rojas évoquer les bombardements qui berçaient son bébé tout juste accouché, mais j'ai toutes les raisons de croire qu'Uribe n'a pas fait bombarder la zone où elles étaient censées être libérées pendant ces deux jours. Tu prends Uribe pour plus bête qu'il ne l'est.
Je t'engage à ne pas sombrer toi aussi dans une méthode binaire consistant à renvoyer systématiquement dos à dos le gouvernement et les FARC. C'est la "méthode Parfait", c'est injuste et ça ne fait guère avancer les choses.

Patxi a dit…

Phiconvers, tu fais vraiment chier.
Tu m'obliges à aller chercher une source parmi un millier sur ce point. ce s:ont des faits objectifs.tu es incapable de critique sur ton Uribe. tu dois vivre avec des paisas toi...
voila, la consuelo comme la clara ont confirmé que les farc comme elles memes étaient soumises aux risques de bombardements, les 30 et 31, dans le Guavriare; contrairement a ce qu uribe et son Min de la defense a dit et redit en show télévisé..
sois de bonne foi ou je te vire.
t'as qu a ouvrir à nouveau ton blog, pour ta version, avec les chouettes lien anti-avortement et FN très rigolos d'autrefois.
la note er entretien de la Radio colombienne W si tu veux:

Enlace a la entrevista con la Radio W:
http://www.wradio.com.co/nota.asp?id=531520#

Enero 11, 2008 (Especial). En entrevista exclusiva a la radio W de Colombia, la ex congresista Consuelo González, liberada en un operativo humanitario del gobierno venezolano, confirmó los intensos bombardeos militares del ejercito colombiano que impidieron su liberación el pasado mes de diciembre, cuando originalmente el Presidente Hugo Chávez había puesto en marcha la Operación Enmanuel.

La ex parlamentaria por el departamento de Huila relató que su liberación, junto a la de Clara Rojas, se inició hace 20 días, justo después que las FARC anunciara que en desagravio al Presidente Chávez, estas dos mujeres colombianas serían entregadas al gobierno venezolano.

"Estos 20 días, desde que se inició el operativo de nuestra liberación, hemos estado caminando por la selva constantemente. Fueron 20 días difíciles; además porque muy cerca sentíamos los bombardeos y la presencia de los militares en la zona, eso nos ponía muy nerviosas", aseguró la ex congresista.

Esta afirmación viene a confirmar el comunicado que había hecho llegar las FARC al presidente venezolano el pasado 31 de diciembre, en el que anunciaba la suspención de la operación debido a los intensos operativos militares del gobierno colombiano, y deja en una muy difícil posición al presidente Álvaro Uribe, quien aseguró el mismo 31 de diciembre, que no se habían producido operativos militares en la zona como muestra de que su gobierno había ofrecido todas las garantías para la ejecución de la Operación Enmanuel. En ese momento, el presidente Uribe argumentó que las FARC no había entregado a los rehenes porque no tenían al niño Enmanuel, aunque ahora se demuestre, por medio de las propias mujeres liberadas, que sí se habían producido intensos bombardeos militares que impidieron su liberación mas temprana.

phiconvers a dit…

Patxi :
1/ Merci d'avoir pris la peine de me fournir ces éléments, à considérer.
2/ Ce n'est pas parce que l'une des otages le dit qu'il s'agit de faits objectifs.
3/ Je renouvelle mes doutes les plus sérieux sur cette assertion. Uribe avait déjà en main l'info sur le petit Emmanuel et n'avait certainement pas besoin de faire attaquer la zone pour faire capoter cette opération. D'autant plus qu'il ne l'a pas fait quelques jours plus tard, alors qu'il était en position de force après la révélation du cynisme de la guérilla.

De deux choses l'une, Patxi : si tu veux professer devant un public ignorant tes cours sur la Colombie, je comprends que je te gêne. Si tu es capable d'un minimum de pluralisme et que ton souci est bien de susciter une réflexion à peu près construite sur ce conflit, réjouis-toi de ma disposition à venir échanger ici et sois aussi correct que possible, même s'il t'est très désagréable de devoir, derrière ton clavier, trouver des choses intéressantes dans les propos de l'horrible réac que tu considères que je suis.

Colombie, tu n'es pas le seul à t'en souvenir.

Patxi a dit…

Mais quelle mauvaise foi...
Je prefere croire ce qu'elles ont decrit en details, oui, les bombes et les helicos, le 30 et le 31; elles qui ont remercie Uribe d'avoir suspendu les operations pour leur liberation posterieure, qui l'ont recu chaleureusement, oui, je les crois davantage que ton discours a oeilleres traditionnel.
le fanatisme qu il soient anti ou Pro uribe est assez gonflant.
Tu es un troll, et je te laisserai pas m'emmerder ici comme tu as emmerde Tonio sur son blog.

Alors rends toi utile, et sois un peu auto-critique je te prie: donnes moi 3 critiques a Uribe,de ton choix (et me fais pas du Ramonet qui critique Castro sur..l'environnement) + parles moi de NOguera, son proche, ex chef du DAS qui a avait une alliance avec les paracos et avec des narcos + son ambassadeur au Chili + surtout aides moi a traduire les temoignages des 8 otages en captivite, dont les familles ont lu les poignantes lettres.
je les passerai ici.
rends toi utile je te prie.
sois de bonne foi.

phiconvers a dit…

Patxi,
Crois lo que te da la gana et puis voilà !

Je ne t'autorise pas à tirer un blan trollesque de ma participation constante et parfois difficile sur le blog de Tonio. J'y ai apporté mon témoignage, qui vaut bien le tien, dans un climat qui a parfois été d'une rare intolérance. A toutes fins utiles, je te rappelle que je n'ai jamais censuré un commentaire posté en réponse à mes très nombreux articles sur la Colombie, à l'époque de feu mon blog ou, plus récemment, sur d'autres sites. Je te répète que je connais plus de la moitié des départements colombiens et que mes fréquentations ne se limitent pas plus que les tiennes aux oligarques de tout poil, lesquels ne sont d'ailleurs pas tous uribistes, loin s'en faut (et ouais, il y a un certain snobisme à mépriser le petit paisa...) !

Je lis avec intérêt la presse colombienne et latino-américaine, quelle que soit sa tendance politique.

Et puis, tu ne t'en souviens peut-être pas, j'avais traduit une longue lettre de la mère d'un otage assassiné par les FARC. Si tu y tiens, je te la donnerai.

Enfin, tu me demandes trois critiques contre Uribe. Saches que j'en ai bien davantage, mais je ne trouve pas que le moment soit opportun pour les formuler. Comme 80 % des Colombiens, je fais bloc contre le cynisme des FARC et de Chavez. Dans quelques mois, j'aurais plaisir à t'en reparler.

Dernier petit point, rien ne t'autorise à considérer que je viens troller ton blog, si ce n'est quelques scories de sectarisme dont je t'invite à te débarrasser rapidement.

Patxi a dit…

"d'une rare intolérance..."
bouh les vilains!