mardi 23 octobre 2007

Son Excellence Alvaro Uribe, le techno-narco



C'est bien connu, les Etats-Unis ont des Sytèmes d'Intelligence extrêmement performants, sophistiqués, disposant de moyens d'écoutes considérables (pas que la NSA) en particulier dans leur jardinet-bac à sable-cour arrière, es decir l'amérique latine et les caraïbes.

Civils et/ou militaires, les informations glânées et produites chaque jour, sont extrêmement fiables, souvent très précises. En particulier celles qui sont consignées dans un certain type de rapport classifié, sur des thèmes transversaux déterminés.

Parmi ces agences de renseignement actives à l'étranger, la cousine de la CIA, c'est la DIA: la Agencia de Inteligencia de Defensa de Estados Unidos (AID de EEUU pour le sigle espagnol). Soit, the U.S. Defense Intelligence Agency, DIA.
Ses agents, civils et militaires chevronnés et rompus aux missions complexes, rédigent des rapports internes, confidentiels sur tel ou tel sujet.
Ces rapports ont très peu de déchets, ont des échelles de "notation" de la crédibilité des sources, toujours recoupées.

Le 23 septembre 1991, l'un d'entre eux "anticipe" sur le profil et la "dangérosité-à suivre" de certains personnages de la politique colombienne clairement liés aux puissants cartels colombiens, au narcotrafic international et au paramilitarisme.

Il se trouve par ailleurs qu'il existe de nombreux contre-pouvoirs, brèches et contre-poids à la ploutocratie en vigueur, là bas, aux EEUU. Notamment des lois de déclassification d'archives historiques ou militaires.

Le 1er août 2004, en vertu du Freedom of Information Act, suite à un recours déposé en août 2000 par The National Security Archive, une ONG de chercheurs basée à l'Université George Washington (pas vraiment des gauchistes), on découvre une partie de ces notes de la DIA.

Depuis Bogota. En 1991.
Notamment la note 82, ici même reproduite.



Je te la mets en espagnol si tu veux. Tiens.
"82. ALVARO URIBE VELEZ – UN POLÍTICO Y SENADOR COLOMBIANO DEDICADO A LA COLABORACIÓN CON EL CARTEL DE MEDELLÍN EN ALTOS NIVELES DEL GOBIERNO. URIBE ESTUVO VINCULADO A NEGOCIOS INVOLUCRADOS EN ACTIVIDADES DE NARCOTRÁFICO EN EEUU. SU PADRE FUE ASESINADO EN COLOMBIA POR SUS CONEXIONES CON LOS NARCOTRAFICANTES. URIBE HA TRABAJADO PARA EL CARTEL DE MEDELLÍN Y ES UN CERCANO AMIGO PERSONAL DE PABLO ESCOBAR GAVIRIA. PARTICIPÓ EN LA CAMPAÑA POLÍTICA DE ESCOBAR PARA OBTENER EL CARGO DE SUPLENTE DE JORGE (ORTEGA). ............ PAG81 du bouquin

Tout ceci est admirablement décrit dans ce bouquin par Joseph Contreras, un ancien d'Harvard (tel Uribe, techno-avocat, ancien d'Oxford), ancien correspondant de NEWSWEEK en Colombie (pas vraiment un gauchiste enragé bis; Newsweek c'est l'Express + Le Point).


Sinon?
Sinon rien.
Vivement 2010.
A moins que le narco-paraco-président ne soit miraculeusement réélu (il blanchit le passé comme les traces avec tellement de facilité le bougre...).

Un jour, les historiens feront leur travail.
Un jour, ses accords secrets passés avec les groupes paramilitaires seront davantage connus.
Un jour, il y aura un TPI pour les criminels de lèse humanité de Colombie et LEURS COMPLICES.
32 000 cadavres dans des fosses communes ces 10 dernières années, c'est 5 Srebrenica.

Un jour, le Roi sera Nu.

Sinon, il ne se passera rien autour de "l'échange humanitaire". Encore moins la paix. Il n'y a qu'un César-Chavez imbu de son charisme et de son volontarisme intéressé pour y croire...

Ces autistes criminels HP de FARC ne cèderont en rien.
Son Excellence Alvaro non plus.

Ces gens là ne cèdent et ne lâchent rien.
La Paxi viendra avec un autre personnel politique.

13 commentaires:

Patrick a dit…

Tout à fait d'accord.
À part ça j'ai enfin trouvé ton site officiel :
http://www.patxi.fr/

Francis a dit…

Nous ne le verrons pas, nous aurons tiré notre révérence depuis longtemps.

Francis a dit…

Sur la couverture du bouquin, Uribe a tout l'air d'un premier de la classe et/ou d'un enfant de Marie. Bon, je sais qu'on connaît la chanson, mais à ce point-là c'est tout de même étrange...

Patxi a dit…

Tonton Patrcik, vous n'etes qu'une salope a poil dru.
Je ne permettrai pas de diffamation, meme finaude et indirecte, sur mon propre perron.
Il ne s'agirait pas de faire fuir ma quinzaine de lecteurs avec vos conneries...
Tonton Francis, les mafias colombiennes (politiques, paras et narco) sont toutes tres bien elevees en effet. Meme Chupeta, le plus grand capo arrete il y a peu du cote de chez vous, enfin a Sao Paolo, avait un BA en Economie, etait issu d'une bonne famille, parlait comme Nadine de R.On lui aurait donne notre petite soeur en garderie.
Je prefere moi aussi les Marco Mladic, un peu plus ruraux, bourrus et gras.L'idee qu on se fait du tortionnaire en somme.

Francis a dit…

Patxi, j'ignorais les excellentes références de l'Abadia (Chupeta, je suppose). J'étais même loin de les imaginer, je m'étais bêtement fié à sa sale gueule, qu'une quinzaine d'opérations chirurgicales n'ont certes pas arrangée.

Et c'est décidément une habitude chez les truands et les révolutionnaires latinos (pas de rapprochement entre les deux catégories, por favor) de se faire refaire le portrait. Le Che, Zé Dirceu, par exemple. De quoi bloguer un de ces quatre...

tonio a dit…

Merci pour ton article Patxi ... ça fait plaisir de le lire.
Je vois que malgré ton prochain concert tu n'as pas que lu Soho, sinon les archives de la CIA ... et ça aussi ça fait plaisir.

à pouet et bonne fin de tournée, tu nous feras signe quand tu viendra chanter en Am Sud...

phiconvers a dit…

Patxi, il n'y a aucun scoop ici. Tes "informations" ont été relayées dès 2002 par la presse internationale ET par la presse colombienne. La fiabilité de ces informations est contestée, à tel point que le peuple colombien a élu et rééelu A. Uribe. Je me réjouis au demeurant que tu reconnaisses le pluralisme qui prévaut aux Etats-Unis. Plusieurs de tes amis, immergés dans le combat impérialiste, semblent l'oublier...
Je ne suis pas sûr que tu sois conscient d'être, en l'espèce, un allié objectif de ces "HP de guérilleros des FARC, qui tentent de s'exonérer à bon compte de leurs turpitudes en pointant les questions qui ont été posées sur l'honorabilité de leur pire ennemi, A. Uribe.

Et je pense que tu auras l'honnêteté de reconnaître que le même Uribe n'a manifesté aucune complaisance à l'égard des narcos depuis son accession au pouvoir.

Quand j'aurais un peu de temps, je te fournirai toutes les réfutations disponibles à la thèse de Contreras.

tonio a dit…

un seul truc (j'ai pas envie de reparler du thème pour la centième fois avec toi phiconvers) ... mais on peut ne pas aimer ni les FARC ni Uribe, les deux en même temps, tout le monde ne fonctionne pas en binaire. (je pourrais rajouter ni les paramilitaires, mais là ça fait déjà 3 trucs, alors faudrait simplifier...)

phiconvers a dit…

Tonio, tu sais que nous sommes à peu près d'accord. Je reconnais parfaitement le droit à quiconque de ne pas se reconnaître en Uribe. Et je vomis autant que toi le paramilitarisme mafieux et une certaine oligarchie qui se vautre dans son égoïsme sans voir ceux qui souffrent.

Cela étant dit, ou plutôt redit, je maintiens que livrer des infos non vérifiées et mille fois démenties sur Uribe sans précaution sert les FARC. C'est la stérile démarche du chanteur Renaud, qui place sur le même plan la guérilla et le gouvernement, en oubliant que le gouvernement est élu et incontestablement légitime tandis que les FARC sont honnies par 98 % des Colombiens.

Patxi a dit…

Mon réac préféré, Mon Léon Daudet tropicalisé, Phiconvers, me compare à renaud. et j'en suis fort rigolard.
un peu attendu évidemment.

ces infos sont malheureusement des secrets de polichinelle, évidemment seulement démentis par Uribe, comme tout ce qui sort depuis un an. abracadabrantesque.

ce qui se passe hors de bogota, ça compte, pour comprendre le deuxieme pays hispanophone .
et les pressions armees pour voter pour uribe et pour ses senateurs, une bonne quarantaine, c est loin de bogota que ça s est passé et ça se passe.
ce sont des faits qui ne plaisent effectivement pas.
Uribe a été élu avec 7 millons de voix, certes. mas la démocratie représentative la bas, l'abstention forcée en Colombie, et sa troisième génération en conflit, ça mérite du temps et des nuannces sur le soit disant "unanimsime" pro uribe la bas. discussion que l'on aura un de ces jours en vrai autour d'une biere quizas.
enfin, le discours populiste de mano dura est toujours soutenu en temps de guerre. meme s il ne fait que prolonger le statu quo, les mafias et le business de la guerre.

enfin, l'histoire jugera. je n'ai pas de convictions la dessus, je constate.

phiconvers a dit…

Patxi,
je ne parviens pas à me départir d'une certaine sympathie pour toi, même si je sais que la réciproque n'existe pas et que tu m'as définitivement classé parmi les oligarques réactionnaires.
Peu importe finalement. J'ai passé une bonne partie de l'après-midi à fouiller le web pour approfondir ma connaissance des rumeurs qui circulent sur le rapprochement Uribe / Escobar. Franchement, à part le livre de Contreras (co-écrit avec l'anti-uribiste né G. Guillen, si si) et le document de la DIA contesté sur plusieurs points, par Contreras même, il n'y a pas grand-chose dans le dossier. Je note cependant une fois de plus, après cette prospection, la force de la mobilisation des militants de gauche, qui font tout un buzz sur quelques bribes de ragots.

Je t'ai déjà dit que je connais la Colombie bien au-delà de Bogota (qui n'est d'ailleurs pas mon point de chute habituel). Et je ne lis pas exclusivement El Tiempo, que je trouve soit dit en passant un peu maigrelet. On peut ne pas penser comme toi et avoir soi-même circulé en Amérique latine et constaté tout à la fois ses grandeurs et ses misères.

OK pour la bière. J'ajoute qu'on fumera des Piel Rojas en s'étripant (lol...)

Patxi a dit…

salam,
bla bla bla.sur internet, wikipedia, évidemment, on trouve pas grand chose..
bon, je te casserai la gueule, pis vice et versa, pis on se prendra qq bouteilles.pis je te présenterai des gens qui ont été torturés par le DAS, des gens menacés directement par Uribe quand il était sénateur, puis gouverneur. tu verras leur dossier, leur regard, et ton idole, tu la verras différemment.
tues ton idole...
bon, arrêtons la.on en garde osus le coude pour ce jour là.

phiconvers a dit…

OK, tu finiras convaincu, au dix-septième shot d'aguardiente antioqueño.

En attendant, lis ça sur le mal nommé "échange humanitaire" :
http://atrabilioso.blogspot.com/2007/10/la-farsa-de-un-acuerdo-humanitario.html