samedi 21 juillet 2007

Eduardo


Un enfant Colombien, centre ville de Bogota, 2007


Un vallenato, à écouter avec attention

Bien souvent, je pense à mon camarade J., avocat du Barreau de la République, infatigable défenseur des manouches, des forains, des réfugiés, des putes, des sans-papiers, des sans, là bas, dans ce Sud de la France qui, parfois, n'en veut plus.

Je lui offre ce beau témoignage de maître Eolas, EDUARDO.

Certains d'entre vous l'ont déja lu, probablement.

Des Eduardo, on en a vu défiler, chacun dans notre univers respectif.
On en a connu, quelques histoires d'Eduardo. Et leurs familles.
Avec leurs regards, là, leurs espoirs et leurs sacs de voyage abîmés.

Parfois, ça finit bien.
Parfois, il y en a des beaux dénouements, moins rageants.
Juste conformes au droit français.

C'est étonnant, non? J., avec des mots, simplement, parfois, il peut changer le monde.

J., c'est mon maître Eolas à moi.

2 commentaires:

El Nino a dit…

Merci pour votre commentaire. Votre blog est aussi très chouette. Dommage qu'on ne soit pas dans la même communauté.
Bonne continuation et au plaisir de vous lire !

Patxi a dit…

Bonjour El Nino.
Mais c'est quoi une communauté?
aqui es "vive le butinage" de cualquier modo.entonss no hay pedo.