samedi 14 juin 2008

Dieu est mort












Dieu est mort.
Enfin.




Enfin...Pas si sûr. Pas pour tout le monde en tout cas.
A voir la ferveur religieuse des masses paysannes d'Amérique, qui transcendent allègrement les genres, les chapelles, les cultes, les syncrétismes...

On n'est pas forcément très enclin au snobisme nietzschéen, figures-toi, quand on vit à 4000 mètres d'altitude, dans des villages de 80 âmes isolés, reculés, oubliés, qui luttent contre les éléments, contre le réchauffement climatique, contre l'oubli...
La survie sur les hauts plateaux andins, ça tient à de nombreux petits "miracles" du génie humain. Et algo mas.

Un supplément d'âme, aussi. Peut-être.

Contempler l'horizon, les cieux, infinis, et cette lumière si particulière, sentir le magnétisme étrange de ces terres...Toutes ces expériences peuvent faire douter jusqu'au plus arquebouté des maîtres cartésiens rationalistes, jusqu'au plus forcené des athés, jusqu'au plus militant des agnostiques...

Oui, douter.

Dieu est mort?

En tout cas, la transcendance à coup de taloches dans la gueule, ça a rudement bien pris sur l'ensemble du sous-continent, finalement. C'est que la Sainte Eglise Catholique s'était vite empressé, dès le 16ème, de foutre systématiquement de biens grosses meringues d'églises en lieu et place des temples ou lieux de culte autochtones, païens, dédiés aux panthéons pré-colombiens...

Certaines de ces photos représentent des pièces exceptionnelles.
Et je ne parle pas que du séant de ma biatche.

Amen.

2 commentaires:

emi a dit…

A mon avis l'église sur les hauts plateaux n'a pas tant pris que ça, c'est parfois juste en surface, un vernis qui dès qu'on gratte un peu laisse apparaitre les anciennes croyances, pas si enfouies que ce que l'on dit. Et c'est surtout à l'intérieur de chacun, parce que malgré le fait que les gens se disent catholiques, ils ne peuvent pas nier ce qu'il sont au fond d'eux.

Michèle a dit…

Ce ne sont pas tant les croyances qui sont graves, au contraire, ce qui est grave comme tu le dis c'est ce que toute une catégorie d'hommes en ont fait, depuis des siècles, qu'ils soient catholiques ou autres...
Belles photos, par contre ta dernière phrase... quel romantisme !