dimanche 11 novembre 2007

FARC-Uribe-Chavez, la médiation piègée

Les laborieuses, difficiles négociations en vue d'un "échange humanitaire" entre FARC-Gouvernement Colombien, via la "médiation" d'Hugo Chavez et de la Sénatrice Piedad Cordoba, ma boulangère et moi, on y croit de moins en moins.

En même temps, on n'y connait rien et on serait ravi de retrouver Ingrid Betancourt, et quelques autres, en liberté. Ce sera déja de pris ça pour Noël.

Mais on y croit plus trop...Les FARC ne cèdent jamais rien. Uribe ne cède jamais rien. Chavez peut réussir en partie, mais à quel prix pour la suite...

A moins que d'ici là, une sorte de miracle politique, avec moultes promesses dans tous les sens (nucléaire civil pur l'un, armements pour les autres, plateforme politique pour l'autre), ne se produise. Un Marulanda sous Champi ou un Uribe sous Valium...

Comment confiar (du vebre confiar) en Uribe, qui est prêt à tout pour que ça foire, qui ne souhaite aucune forme de concession en vue de la paix? Comment confiar en Chavez, médiateur ambigu, qui croit que son seul charisme et quelques promesses bolivariennes garnies suffiront avec les narco-"guerrilleros"? Comment confier en Marulanda, qui vit encore sous Nikolaï Chvernik - Николай Михайлович Шверник, qui n'est pas descendu dans une ville depuis 1967, lui qui se consacre au combat armé de jungle depuis plus de 50 ans?
Comment imaginer qu'on trouvera en quelques jours un début de solution entre ces gros gros bichos là, sans passer par d'énormes concessions, qui à ce jour sont encore au point mort?

Chacun pourra tout lire et son contraire dans les jours à venir, jusqu'à ce 20 novembre ou Chavez présentera certainement une vidéo à Sarko 1er, avec un journal papier ou une nouvelle vidéo authentifiant de la vie d'Ingrid Betancourt et de quelques autres otages détenus. Ca relancera l'espoir, les gazettes, un temps, Sarko sera satisfait de pouvoir capitaliser là dessus. Mais on en sera encore au tout début d'un long chemin.

Je me bornerai à rappeler qu'il s'agit du seul conflit armé de l'histoire à avoir eu des otages détenus si longuement. Le mois prochain, certains policiers auront dix ans dans la jungle. Dix ans.
Ingrid Betancourt a été enlevé il y a plus de 5 ans.
Entre autres atrocités.

Il ya 4000 otages aux mains des groupes armés irréguliers en Colombie.

Alors, je n'aurai qu'un commentaire afin de résumer mon sceptiscisme, et pourquoi paradoxalement Betancourt pourrait tout à fait être libérée sous conditions, un jour: Ivan Marquez, ligne dure du Secrétariat des FARC avait, sur le perron du palais présidentiel de Miraflores, à Caracas, cette mine bonhomme du gars satisfait.
Surtout, il avait une pointe d'accent vénézuelien.
Je répète: il avait une pointe d'accent vénézuelien.
Lis entre les lignes.

Quant à ces trous du cul de guerrilleros du dimanche et de free-parties gaucho-émolientes, à Stockolm, à vendre des tee- shirts FARC, à Turin, à récolter des fonds pour la "lutte sociale des guerrilleros colombiens", tous ces peigne-culs en treillis de supérette qui vendent des Cd de Cumbia pro-Farc à Copenhague ou à Paris, tous comme mes camarades gauchistes qui se pavannent, sans honte, au petit stand discret des FARC à la Fête de l'Huma (telle que je l'ai connu encore il y a quelques années), fascinés par leurs propres priapisme exotique: cessez de vous faire la chaqueta sur un continent tropical lointain, qui a depuis longtemps démontré qu'on peut entamer des transformations sociales profondes en restant bien loin des armes.
Alors offrons leurs cette mignonne petite piqure de réalisme.
Pour les FARC, le respect des civils, des droits de l'homme, du droit humanitaire international, du droit de Genève, du droit de la Guerre, ce sont des "concepts bourgeois".

Quelques exemples de "dommages collatéraux", comme le disent les FARC eux-mêmes, ces dernières années.

24 commentaires:

tonio a dit…

Juste une remarque. Il y a 2 jours un journal télé annonçait le rejet d'Uribe en disant que celui-ci avait dit:
"no habra despeje para hablar de intercambio humanitario"

Je n'ai pas vu cette info ailleurs et je ne sais pas si le journaliste s'est trompé ou non... mais moi avec cette phrase je vois une porte ouverte...
Jusqu'à maintenant il avait toujours dit "no habra despeje para un intercambio humanitario" ... c'est très très différent!
Et si c'est juste, Chavez peut faire beaucoup.

On peut se rappeler que des échanges il y en a toujours eu sauf depuis 7 ans.

La vidéo est pas mal, il est bon de rappeler que les FARC sont des assassin (et des terroristes...) surtout, comme tu le dis si bien, à nos amis européen qui croient encore au mythe de la révolution romantique pour un pouvoir totalitaire capitaliste.
Simplement cette vidéo est gâchée par sa dernière phrase.
Qui signifie gentiment que si t'es pas avec nous tu est contre nous... et me rappelle la guerre contre le terrorisme mondial.
Sans vouloir faire chier, je crois vraiment que c'est le genre de discours à la con qui ne font pas avancer les choses, l'extrémisme n'apporte rien. C'est un peu comme ces groupes de facho qui répète partout sur fessebook que le Polo est une tare et qu'il faut le supprimer.
Dommage.

phiconvers a dit…

Patxi,
Tout à fait d'accord sur la deuxième partie de ton analyse, celle qui rappelle une nouvelle fois ce que sont les FARC.
Sur la première partie, je conteste la légitimité d'un renvoi dos à dos du gouvernement et de la guérilla. C'est bien cette dernière qui retient au mépris de tous les codes de la guerre, du droit et de l'humanité des otages. Et il est impossible de mettre sur le même plan les tarés de la guérilla et un gouvernement élu, quand bien même il ne te plaît pas. Je trouve aussi que tu fais preuve d'une certaine candeur à l'égard de Chavez, dont les intêrêts dans cette affaire dépassent à mon avis le simple désir de protagonisme, et je suis choqué des égards que ledit Chavez a eus pour les FARC en général et leurs dirigeants en particulier. Enfin... J'ai pourtant lu entre tes lignes !

Quant à ton commentaire, Tonio, nous débattons par ailleurs. Je trouve comme toi absurde et scandaleux d'appeler à la suppression du Polo tant que celui-ci joue vraiment la carte politique et respecte les institutions.

Francis a dit…

Bon, je suis assez d'accord avec l'analyse et le pessimisme ambiant. Juste un petit détail qui me chiffonne, et crois bien que ce n'est pas pour faire chier ou enc. les mouches, mais simplement parce que j'ai juste des doutes : peut-on vraiment parler de "transformations sociales profondes" à propos de notre continent tropical préféré ? J'avoue que je ne suis pas certain que le Brésil, que je connais un peu, ait socialement beaucoup été transformé entre la date de mon premier contact (1982) et aujourd'hui.

tonio a dit…

soyez pas si pessimiste ... il se fera cet échange.
Mais plus on chipote plus il y aura de la pub pour tout le monde.

MiKE a dit…

Chavez a trop envie de se mettre perpétuellement sur le devant de la scène pour que je doute que les farc, pour qui cette stratégie médiatique est bien plus un besoin, puissent se permettre de partager les projos !

L'un a besoin de l'autre tant que cela peut lui permettre de bénéficier d'une certaine médiatisation.. mais si demain, tous les otages sont libérés, que deviennent les FARC ? Et si demain, Chavez obtient que les otages soient libres, que devient son rôle de "pacificateur" dans la région ?

Marc a dit…

Je pense qu'il manque une donnée fondamentale à cet article, sans laquelle on ne peut pas appréhender la situation colombienne. C'est une donnée statistique : depuis plusieurs années, les FARC sont responsables de 40% des exactions sur les personnes en Colombie, les paramilitaire et les forces gouvernementales : 60% des exactions.
Quand les forces paramilitaires font une descente dans un village, c'est ce qui peut arriver de pire aux civils, en général un massacre sans pitié.
Par ailleurs parler de "narco-guerrilleros" à propos des FARC c'est ommettre de dire que là-bas, TOUS les protagonistes profitent du trafic de drogue.
Bref les FAEC, que je ne veux pourtant pas défendre ici, savent bien qu'ils ne peuvent pas compter sur la "loyauté" de Uribe, qui a lui-même du sang sur les mains.

Bref Ingrid Betancourt est l'arbre qui cache la forêt et en aucun cas la situation ne peut se résumer simplement à : ces méchants FARC qui maintiennent une [et tous les autres ?] otage franco-colombienne en otage, opposés au [gentil ?] président Uribe.

phiconvers a dit…

Marc,
tu te trompes gravement. Tu as parfaitement le droit de ne pas aimer Uribe et de le sentitr suspect pour la sympathie qu'il a inspirée à certains politiques proches du paramilitarisme. Il n'en reste pas moins que c'est lui qui a fait le plus pour tenter de régler ce problème du paramilitarisme, qui est le fruit de la faiblesse des gouvernements qui se sont succédés jusque là et qui n'ont pas su protéger la population contre la guérilla. Les crimes imputables aux paramilitaires ont été nettement réduits depuis 2002. C'est un fait.
La plupart des crimes et délits en Colombie sont aujourd'hui le fait d'une "délinquance commune" non politisée. Cela ne dédouane en aucune façon les FARC qui ont perdu leur âme (grise) il y a bien longtemps. Prendre et retenir des otages est simplement inexcusable et la guérilla est entièrement responsable. Il est vain et injuste de tenter de diluer leur entière culpabilité.

Tietie007 a dit…

Un peu incompréhensible cette histoire des FARC, pour un européen...Quel est l'intérêt des guérilleros de garder aussi longtemps des otages ?

Marc a dit…

Je réponds à l'intervention de philconvers :
il est possible que la situation se soit améliorée en Colombbie quant aux exactions des paramilitaires, je ne sais pas.
D'ailleurs, je ne suis jamais allé en Colombie et je ne suis pas journaliste non plus. Mes dires sont basés sur une complition documentaire. Et je peux certes me faire tromper.
Il y avait un dossier édifiant sur la questionn dans "Messages du Secours Catholique" en septembre dernier.
Il y a aussi des témoignages ici : www.risal.collectifs.net
Et tout cela va dans le sens que je décrivais

Marc a dit…

Voilà justement l'article actuellement en "une" du site Réseau d'information et de solidarité avec l'amérique latine :

Javier Giraldo : « l’avenir de la Colombie : une domination des paramilitaires en costume-cravate’ » par Eugenia García Raya
13 novembre 2007

Alors qu’en Colombie les morts violentes des opposants au gouvernement continuent, le président Alvaro Uribe travaille à la « légalisation » des paramilitaires. Les liens de ces derniers avec les militaires et les politiques sont en train d’être dévoilés devant les tribunaux et leurs crimes continuent à être la cause principale du déplacement forcé interne et de l’exil des Colombiens. Le défenseur des droits de l’Homme Javier Giraldo, prêtre jésuite qui a reçu le (...)

Marc a dit…

désolé, voici le lien exact : Réseau d'information et de solidarité avec l'amérique latine

phiconvers a dit…

Merci Marc pour ce sources et bravo pour ton intérêt, méritoire parce que rare, pour l'Amérique latine. Je connais bien cette région, et singulièrement la Colombie, mais ne disqualifie pas a priori tes propos et recherches au seul motif que tu n'as pas (encore) eu ma chance.
Cela étant dit, Risal comme le Monde diplomatique sont très politisés, à l'extrême gauche pour être précis. Il faut l'avoir en tête et distinguer ce qui relève du parti pris idéologique de l'observation de la réalité. Les mouvements armés, qui sont tous mafieux en Colombie, ont infiltré l'ensemble des partis politiques pour assurer la pérennité de leur business et se prémunir contre les risques judiciaires, en particulier l'extradition aux EU. Il y en effet des collusions incontestables entre des groupes paramilitaires et des politiques ayant soutenu Uribe, principalement au niveau local. De même, les FARC ont soutenu ou soutiennent certains politiques du polo democratico, le parti de gauche, sans pour autant que l'on puisse dire que l'alliance avec cette guérilla criminelle soit délibérée au niveau du parti.
Le fait est que la structure armée du paramilitarisme s'est nettement démantelée. Ceux qui ont gardé les armes ne sont plus susceptibles de bénéficier du régime de démobilisation assorti de réductions de peine ou d'amnistie.Et les statistiques de la violence ont toutes baissé drastiquement depuis 2002. Tout le reste est dicutable, à condition d'éviter les anathèmes du genre 'Uribe est un facho vendu aux paramilitaires' ou 'le Polo democratico est le bras politique des FARC'.

Marc a dit…

C'est vrai, je suis un admirateur du Monde diplomatique. Je ne suis pas pourtant né gauchiste mais sur bien des sujet, en particulier des sujets intéressant assez peu les autres médias, ils apportent souvent une information pertinente. Dire qu'ils sont très orientés politiquement est incontestable, néamoins, ils sont plus précis et rigoureux que la plupart des autres journaux que je connais.

J'ai fait une recherche sur le site "Le Monde" (pas diplomatique ce coup-ci) et j'ai trouvé, phiconvers, un article qui va totalement dans le sens de ce que vous dites : Colombie, une démocratie asségiée
Seul un résumé de l'article est accessible aux non-abonnés. L'article met fortement en doute le lien Uribe - paramilitaires tel que présenté parfois.

Ce qui m'avait personnellement surtout marqué, c'était l'article du Secours Catholique cité ci-dessus. C'est là que j'ai trouvé les chiffres 40% vs 60%. Or l'église catholique étant très impliquée en Amérique latine, ils ont à priori de bonnes sources d'information. Sur le reportage il y avait principalement des témoignages émouvants de civils ayant réchappé au massacre de leur famille. Avec de très belles photos.

Mais concernant les négociations FARC - Uribe, vous avez raison, il faut éviter le manichéisme et éviter de défendre trop vite une position "prète à penser". la recherche d'une information objective est décidément une discipline particulièrement exigente ! Merci pour votre éclairage.

phiconvers a dit…

Mon cher Marc, à ta disposition pour en reparler. C'est un vrai bonheur que de pouvoir discuter sans invective.

Le spécialiste de la Colombie au Monde diplo est M. Lemoine, qui affiche un parti pris depuis qu'il écrit visant à dédouaner autant que possible les FARC. J'apprécierai que le Monde diplo, sur ce sujet, soit capable tout à la fois de fustiger les excès bien réels d'une oligarchie irresponsable tout en reconnaissant que la légitimité des FARC est nulle et qu'il n'y a pas d'autre solution que l'institutionnalité.

Et je te concède bien volontiers que la recherche d'infos sur ce dossier depuis Paris n'est pas chose aisée. A ce stade, une seule solution, aller te promener en Colombie et te faire toi-même ton idée de ce pays tout aussi tragique qu'il est beau et attachant.

Patxi a dit…

Ah bah merde alors, on vous laisse les clés de la taverne quelques jours, et vous m'en faites un fuckin salon de thé bourgeois.
Bon, sachez le: la maison préfère le ton baston-argumentée-sévèrement burnée à ces douces mièvreries, alors changez de registre tout de suite sous peine de... carton jaune.
non, je n'ai rien à rajouter, messieurs marc et phi.
enfin cette vidéo est évidemment monté par des gens tout en partialité, mais je voulais à tout prix cette image du collier qui explose, pour refuser de payer l'impot revolutionnaire.
j'adore..
jusqu'en 2005, les paracos étaient responsables de 70 pour cent des morts, et de 60 pour cent des deplacements forcés de populations.
mais qu il existe aujourdhui 5000 à 8000 paramilitaires encore en armes, avec un sous bassement idéologique encore.
éradication des sidaiques, gamins des rues, prostitués ente autres.
les aguilas negras et mellizos entre autres.
sans oublier les ACCU et dissidents qui n'ont JAMAIS démobilisé.
sources: OEA + ACNUDH.
Francis, t'as raison, phrase de trop escrita rapidos, même pas ironique, maladroite. quiero decir: y a de quoi faire la revolution de façon institutionnelle.

aujourd'hui chavez est passé à paris pour rien. mon petit doigt m'a dit qu'il avait déséspéremment dépêché la sénatrice Cordoba a caracas en speed, histoire de récupérer une preuve à l'arrache. raté.passe pour ce qu'il est une fois de plus: une grande gueule irresponsable.
épilogue: Les FARC vont bouffer la frontière vénézuelienne.
chavez les tient en sympathie depuis tellement longtemps..ca coutera cher.l'avenir me donnera raison malheureusement.
sinon,
l'édito du monde est excellent. "les Farc, le degré zéro de la politique"...

Francis a dit…

Bon, le Chávez ne sera pas venu pour rien, il était surtout question de pétrole lors du déjeuner avec Sarkô. Total discute en effet les derniers détails d'un contrat avec son homologue vénézuélien...

Marc a dit…

Je vois qu'on pratique la cuculisation par ici ! Le procédé est habile. Je me suis trompé, dsl, je suis moi aussi plus à l'aise dans la gueule que dans le cucul.

phiconvers a dit…

Mon bon, burné et souvent borné Patxi, merci de rabouler vite fait l'édito du monde qui t'a fait kiffer. L'ai pas trouvé. Schnell, bite.

Marc, ça t'a pas plu, notre débat? La prochaine fois, je serai plus cash, même si les andes sont tout en nuances...

Marc a dit…

Moi ça allait, c'est l'aut'beauf qu'a touvé ça bourgeois. Se faire cuculiser par un garçon de ferme, un comble ! Je préfère un bon duel de baffes comme dans la Pologne des années 20.

Patxi a dit…

Mr Leon Phi, vas voir sur le blog de daniel au venezuela (en english), il a fait le lien et traduit, il y a peu.
c'est un herbier extreme mais tres instructif sur le venezuela de chavez.
mr marc, vous m'en voyez ravi.
Patxi, garcon de ferme

Marc a dit…

Bon, si vous êtes ravi, tant mieux. Maintenant que nous sommes quitte, je dois avouer que les photos de la catégorie "Nichon" m'interpellent. Je prépare d'ailleurs justement un article avec un texte excellent qui doit être mis en valeur par un montage avec de telles photos. Puis-je me servir ici ? J'indiquerai l'origine de mes sources ?
C'est pour mon site Pub & Co
Thank's in advance, Best regards

Patxi a dit…

Malgré mon aversion absolue pour tout ce qui inclut le mot PUB,et pour les usages innécessaires d'anglicismes faciles, après tout, faites donc..
Sauf pour the girl from Ipanema, if you please.

phiconvers a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Ce n'est pas correct de renvoyer dos à dos FARC et gouvernement colombien.
Les FARC sont d'odieux gauchistes passéistes, soutenus seulement par quelques bobos européens en mal de sensations et par le Monde Des causes perdues, voire diplomatique.

Dans les faits, Uribe n'a jamais eu de relations étroites avec les trafiquants de coke. Ou très peu, et c'était avant, plus maintenant. Si son élection en 2002 était due pour une grande part aux financements des paramilitaires et au fait qu'ils aient simplement et calmement suggéré des consignes de vote aux électeurs, cela aussi est du passé, plus maintenant, et quelques gauchistes anti EEUU n'y changeront rien.
Il est d'ailleurs pour l'amnistie des paramilitaires, seiul moyen d'obtenir la reconciliation nationale avec ceux qui ne bénéficieront pas de l'amnistie et les familles des victimes.
Il est de plus totalement infondé qu'il aurait aussi tenté d'exporter sa politique humaniste et d'ouverture à des pays voisins, dont le Venezuela, dirigé par le dictateur simiesque Chavez.

Alvaro Uribe est un chic type. Les FARC, eux, c'est tous des salauds, comme Chavez. Claro.