mercredi 18 novembre 2009

L'Arche de Zoé, à l'envers

Toute ressemblance avec l’histoire des bouffons-séquestreurs d’enfants de l’Arche de Zoé, est évidemment fortuite…Je l’ai écris à chaud ce bout de texte, mais par désorganisation, je l’avais complètement oublié. Alors quelques années en retard, certes, ça perd en pertinence…Mais tant pis : le voila pondu/publié.

L’Arche de Zoé, à l’envers…Imagines juste si c’était une ONG montée spontanément comme ça, porque si, par un groupe de citoyens du Sud, genre un pays bougnoule, type Haïti, Sénégal ou…Paraguay, tiens, qui aurait monté une opération humanitaire similaire, sur le mode « Sauvons les Petits Vieux Français d’une mort certaine ! »…Sur que l’opinion française aurait apprécié…

Déroulons le fil de ce scénario saugrenu, si tu le veux bien…
En guise de Eric Bretau du Tiers Monde , un Miguel Martinez…

Miguel Martinez est un petit employé sec d’une petite banque rurale du Paraguay.
Il s’emmerde tout aussi sec. Sa petite vie morose, son cabas, son marché et ces querelles de clocher interminables qui ne le captivent plus…
Son compte bancaire n’est pas bien folichon non plus, malgré l’économie du soja dans la région, qui engraisse ses patrons tout autant qu’elle affame et épuise les paysans (comme les fragiles sols) du Chaco. Enfin, de quoi vivoter, mais rien de bien palpitant.
Il y aurait beaucoup de choses à faire pour améliorer le sort de ses concitoyens (enfin de ses clients), pour aider un peu les masses affamées de son quartier, de son pays, pense-t-il. Mais Miguel estime que l’Etat, la coopération internationale et les ONG sont là pour agir contre la pauvreté. C’est leur job après tout. Lui n’y peut pas grand-chose…

Il a la rage, qui monte, et il sait pas trop pourquoi. Que peut-il bien faire de toute cette énergie ?

Miguel décide de voyager pour se secouer un peu, et essayer de voir si, enfin, quelque chose va bien finir par arriver dans sa vie.
Lors d’un voyage en Europe, il rencontre Samantha, que lui-même décrira comme « une chaudasse du Salvador au cul furibond » : air de défi, peau cannelle, frange faussement décontractée, et mamelons généreux.
Ils tombent tout de suite amoureux.
Faut dire, au cas où ces indirectes t’auraient échappé, qu’elle est vraiment vraiment très très bien bonne.

Artiste de cirque. C’est ça qu’elle met dans la case PROFESSION au moment de l’inscription à l’hôtel de segunda ou il l’emmène, ou elle, on ne sait plus, dès le premier soir. Elle a plus ou moins étudié les beaux arts, un peu, mais c’est pas bien clair, ni pour elle ni pour les autres. Par contre en jonglage et « boules de feu qui virevoltent au bout de chaînes » (ça doit avoir un nom comme « art et loisir », mais le narrateur a oublié, no ve..), elle est plutôt douée.

Elle se cherche. Aussi. Surtout, à vrai dire. En a marre de son milieu upper middle class qui ne rêve que de Miami, dans son petit et bien improbable pays.

Tous les deux ont, comme on dit, « bon cœur ». Ils sont modernes, trentenaires, pragmatiques, ipodés, facebookés, twittés. Enfants rois tout de même, dans des pays compliqués.
Devant la télé, qu’ils regardent assidûment, ils partagent le même dégout un peu brouillon pour les injustices pas jolies, les méchants pas gentils, les guerres pas belles, les oxymores pas sexys, les maltraitances envers les victimes vulnérables sans défense notamment les ptits handicapés. Pas plus.

Ils sont éblouis par les nobles bâtiments de la vieille Europe.
Emerveillés par les cafés en terrasse, les paysages, les musées, les trains…
Ils sont pourtant stupéfaits par le manque de civilité des gens. Qui se bousculent dans le métro, qui n’interviennent pas lors d’agressions en public, qui ne répondent pas quand vous essayez de leur demander votre route…Encore moins en anglais. Ils sont abasourdis par le côté « antipathique », de prime abord, du quidam européen. Mais quels sauvages tout de même !

Mais lors de cet été 2005, à Paris, c’est le choc qui fait tout basculer. Ils n’arrivent pas à croire ce chiffre de 16 000 petites vieilles et petits vieux crevés lors de ladite « canicule », caractérisation biaisée, qui sonne comme une « fatalité ». Ce chiffre leur semble irréel, inconcevable.

Choqués, ils s’emballent : « Qu’est ce donc cette société inique qui laisse mourir, seuls, des personnes âgées ? », hurle-t-il ? « Sont ils si seuls, isolés, déprimés qu’un simple coup de chaud produise une telle hécatombe ? », abonde-t-elle ? Mais que font les Nations Unies, et l’ONU, que fait l’ONU ? Et les gens là bas tolèrent une telle misère, ne se révoltent pas ?

Chez nous ça n’aurait jamais pu se passer comme ça. Les anciens là bas, comme en Afrique, sont la mémoire, l’agent central de l’identité collective, les gardiens du temple, les cerbères du récit des origines de notre communauté, les souvenirs de notre histoire nationale.
Ils sont les référents, les piliers de nos familles. Il est inconcevable qu’au XXIème siècle, des anciens puissent être traités de la sorte dans ces pauvres pays riches. Les vieux ont un futur, nous devons intervenir ! C’est SCAN-DA-LEUX ! Nous avons besoin de votre aide car ils ont besoin de la nôtre !

Choqués par l’indifférence généralisée des opinions publiques européennes, des gouvernements comme des voisins, ils reviennent dans le Chaco et tentent de mobiliser la presse, les amis, la BID, le Mercosur, l’ONU, les Rama Yade autochtones etc...

Mais c’est bien connu, tous des lâches, des incapables.
On va le faire nous même le boulot. ON va MONTER NOTRE ONG, pardi…

Et c’est y pas qu’ils montent une asso, « l’archa de los blairos ». Ils promettent à des familles latinas, via mail, site web, mailing, conférences, à ces familles désespérées, l’adoption d’un vieux français pour une somme modique…Ils glissent et se grisent, de conférence en conférence, de Miami à Mexico, en passant par Santiago et Buenos Aires.
Ils organisent des convois de faisabilité. Un à vrai dire, en région parisienne. Pour assurer les derniers détails, dans le plus grand secret car les fascistes responsables de ce massacre de 16 000 vieux, mais en fait peut-être bien 4 millons, comme l’anonce leur site web, pourraient bien les empêcher de sauver le Vieux et le Willie.

Ils louent un avion, préparent les intermédiaires locaux, des Rmistes français en quête d’argent facile, notamment pour les entretiens avec les petites victimes de l’indifférence occidentale. L’avion avec pilote belge, qui connaît bien le terrain, est loué la veille. En quelques jours, avec l’aide d’autochtones disponibles, ils parviennent à séduire 113 petits vieux français avec des caramels mous, quelques sodukus et autres mots croisés. Certains se vont même promettre une rencontre avec Julien Lepers, des pantoufles suédoises et des chaises à bascule en bambou…
Surtout, zinquiétez pas Germaine, no soucis mamie Jacquotte, tu seras envoyée pas bien loin de ta famille, de ta ville et village, non.
Les ptits vieux sont juste invités à les suivre vers une maison de retraite super chouette ou ils seront choyés, chouchoutés, pour leur bien. Tous ces mensonges, certes, c’est pas joli, mais après tout, on ne fait pas de bonne omelette sans casser quelques œufs, tout cela est pour leur bien, pour la cause du Bien et du Bon sentiment n’est-ce-pas…

Entassés dans 3 trois 4x4, les ptits vioques et les courageux travailleurs latinos de l’Arche déboulent sur le Tarmac de l’aérodrome de Villacoublay, s’apprêtent à prendre l’avion de la Liberté et de la Dignité retrouvées là bas, dans cette terre latina civilisé qui traite si bien ses anciens. Au point de les accueillir à la maison, jusqu’au bout, ah la la qu’est ce qu’on y est bien chez fifille et sa marmaille…

Mais patatras, les autorités interviennent et découvrent des faux bandages et les fausses promesses. L’Arche de Miguel et de sa compagne avait monté toute l’opération afin de sauver les vioques français d’une mort certaine dans cet horrible et sauvage pays…

Les familles françaises alertés, ont bien évidemment défendu et compris l’opération menées par ces bamboulas généreux qui, bardés d’intentions sublimes, se sont emparés du destin de leur petits vieux à l’abandon. « Dommage, loupé, on vous en veut pas les gars…C’était bien tenté, ce kidnapping collectif, car c’tait pour de bonnes raisons…Nous sommes en effet de mauvais enfants. Vu notre misère morale voire financière, nous n’étions en effet plus capables de nous occuper d’eux… »

Las membres de l’Arche ont été renvoyés dans leurs pays, après quelques incompréhensibles soucis judiciaires et quelques journées d’enfermement en France, mais ne comprennent toujours pas les critiques et poursuites judiciaires dont ils sont toujours l’objet. « Nous ne sommes que des commerçants de l’indignation, à l’image de vos Glucksman et de vos BHL, pas plus pas moins. Nous ne sommes que le reflet de votre époque et de l’émotion sur commande, à télécommande…Pourquoi nous décommandez vous, pourquoi nous condamnez-vous ? »…

Conclusion : les pompiers amateurs de 4x4 devraient se contenter de faire du 4x4 et du pompisme, et les artistes de cirque faire du cirque. Et laisser les familles, comme le CICR, faire leur boulot…Discrètement, sans fard, avec humilité et efficacité...

6 commentaires:

emi a dit…

Bien dit! J'avais moi -même réagi violemment à l'époque.
Chacun son job, c'est sûr.

Anonyme a dit…

Et bien, pitoyable comme article! Je vous passerai mes commentaires sur votre vision de l'Arche de Zoé plutôt primaire! Sympa pour le pays "bougnoule Haîti"...si vous aviez mis votre derrière dans ce pays, vous auriez découvert un peuple courageux et votre racisme écoeurrant aurait disparu.
Je me demande qui vous êtes et à quoi sert votre blog!!!???
A chacun son boulot et les gens comme vous ne devrait pas se prendre pour des journalistes!

Robert Mérou a dit…

Ouais, pitoyable... ces emmanchés qui versent dans l'eau de rose pour t'explicationner l'envers du décor façon mauvais trip de journaleux frustré. Mr Patxi, please, stop of faire chier le monde avec vos biftons à dix balles que même Señor Nonyme l'a pas compris de quoi qu'y retourne.

Bigre, je prêche pour ma poutre passque chez moi itou, les commentes m'assènent du premier degré que même moi j'avais pas pigé. Mais j'adore! Mérou, le gros facho réac de l'ultra droite nationaliste Vétel amateur de salopes que c'en est une honte... ça te la coupe, pas vrai? ça c'est du CV !

Core un effort, Patxi, et tu pourras rejoindre nos cohortes de blogueurs métèques et mécréants qui n'attendent que de se faire lyncher par les censeurs d'un Web aussi propre sur lui que peut l'être un employé de banque avec petite cravate en cuir et mocassins à pompons de tarlouze...

Patxi a dit…

Mr anonyme,

""vous auriez découvert un peuple courageux et votre racisme écoeurrant aurait disparu"".
Les Haitiens ne sont pas courageux, voyons, ca se saurait.
Raciste, mais si j'ai un ami haitien, ca compte pour de en moins? C'est moins ecoeurrrrrant?

Bon, Mr, mme, manifestement vous ne saisissez que partiellement les degres apres le 1.Aussi dois-je vous inviter a voir par la bas si j'y suis.

""Je me demande qui vous êtes et à quoi sert votre blog!!!???""
Mon blog ne sert a rien, et c'est d'ailleurs absolument a ca qu'on le reconnait.
Qui je suis, j'en ai fait qq posts. Zavez plus qu'a chercher mais ce n'est qu'une question d'ordre rethorique de votre part, sans doute.

""A chacun son boulot et les gens comme vous ne devrait pas se prendre pour des journalistes!""
ne DEVR-AIENT PAS SE PRENDRE . Et non pas DEVRAIT, AIT. D'accord?
Mais je suis tout a fait d'accord avec vous.

Vous n'aimez pas ma fiction a l'envers et son mauvais gout? Je vous comprends, moi meme j'ai bcp de mal avec ce que j'ecris.

ceci etant, soyons serieux 2 min. Les racistes-colons, ce sont vos amis bardes de faux principes et de bonnes intentions qui s'averent criminelles, illegitimes, irresponsables.

Anonyme, je connais bien la personne qui a du assurer la recherche des familles, depuiws le depart, et tout le dossier. Tu n'as aucune idee de ce qui s'est joue la bas.
J'ai ecris pire sur tes copains il y a 2 ans tu sais.

On peut faire des choses terribles en voulant sauver la veuve et l'orphelin...L'enfer, pave de bonnes intentions, te suena algo?

Merou, je suis encore un peu light pour rejoindre cette confrerie calabraise...non?

emi a dit…

Dans le genre, Anonyme, je pourrais vous en donner, des exemples de merveilleux enfer, de sauveurs du monde psychopathes, de messies dévoreurs de liberté de pensée... Et pourtant, ils disent qu'ils sauvent le monde...

Anonyme a dit…

rha j'adore, putain de tabarnak....
ces histoires a l'envers remettent les choses a l'endroit..
Et peuvent en decouler des prises de conscience..
Je me suis vu ecrire le meme genre de texte... pour celle-la peut-etre mais pour bien d'autres choses. Mais voila, je suis un gros faineant...
Tiens, a part ca, la canicule c'etait en 2003.
Mes respects,
Pancho